Skip to content

Il faut vous faire à l’idée, belle veilleuse

Le soleil d’aujourd’hui a asséché votre toile, mais personne ne se présente. Le temps est long, votre immobilité est grande, il ne vous reste plus qu’à manger votre ombre maintenant. La vie est bien difficile.

4 commentaires Publier un commentaire
  1. « il ne vous reste plus qu’à manger votre ombre »

    Très beau!

    Merci

    17 septembre 2013
  2. Jean Provencher #

    Merci beaucoup, chère Christiane.

    17 septembre 2013

Trackbacks & Pingbacks

  1. Finalement | Les Quatre Saisons
  2. La voie de l’araignée | Les Quatre Saisons

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS