Skip to content

Éloge du tonneau

Nous n’avons pas idée de l’importance de ce contenant universel dans l’histoire de l’humanité. Il est un temps où le tonneau sert à tout : on peut y garder de l’eau, du vin, du cidre, de la bière, des alcools, mais aussi du vinaigre, de l’huile, de la mélasse, sans compter nombre de produits solides, comme des grains, des salaisons, des fromages, des huîtres et même des clous.

Fort pratique, il se roule sans peine, s’empile facilement sur plusieurs rangées de hauteur, dans des charrettes, des traînes à bâtons, dans les caves des maisons et les cales des navires. Longtemps, nous n’aurions pu vivre sans le tonneau.

À Québec, la rue du Sault-au-Matelot commence à se développer durant les années 1710 et on la nomme rapidement rue des Tonneliers, car elle devient, et pour longtemps, le centre d’activité de la tonnellerie. Les hommes de métier qui l’habitent arrivent à fabriquer tonneaux, barils, barriques, seaux, barattes, baquets, tinettes, mesures, tous des contenants de bois pour le transport d’un grand nombre de produits sur terre et sur mer. Le bon tonnelier est bien apprécié et gagne souvent un excellent salaire.

D’ailleurs, au 19e siècle, le développement de l’industrie de la bière à Québec favorise davantage la fabrication de tonneaux et les premières brasseries ouvrent leurs portes rue Saint-Paul, à proximité de la rue du Sault-au-Matelot. Cela dit, il s’en trouve tant dans cette rue d’hommes de métier qu’en 1875, James Macpherson LeMoine s’en plaint, car leurs futailles, à certains jours, couvrent même les trottoirs. LeMoine ajoute poliment : Il serait à désirer que la municipalité entrât en arrangement avec ces honnêtes industriels pour savoir à quel taux ils consentiraient à laisser la voie publique libre aux passants.

Mais le règne du tonneau à Québec achève, car les artisans tonneliers, si habiles soient-ils, doivent tôt ou tard affronter la concurrence des ateliers mécanisés de Montréal. À l’heure où les tonnelleries montréalaises se transforment, les derniers tonneliers de Québec n’ont ni la production suffisante ni le capital nécessaire pour se mécaniser entièrement. Au fil des ans, ils doivent aussi livrer bataille aux progrès technologiques de l’emballage, qui déclassent le tonneau. En 1940, J. R. Ed. Côté, tonnelier et marchand d’huile de poisson, ferme ce qui est alors la dernière des tonnelleries de la rue du Sault-au-Matelot. Voilà le tonneau envolé.

Je vais vous dire, pour trouver une image de tonneau accompagnant cet article, il m’a fallu fréquenter les boutiques des antiquaires et des brocanteurs pendant trois semaines. Nulle trace, jamais, du tonneau.

Le meilleur ouvrage sur l’histoire du tonneau est celui de l’historienne Eileen Marcil, Les tonneliers du Québec, Musée national de l’Homme, collection Mercure, Division d’histoire, dossier no 34, 1983, 128 pages. Mais soyez tenace dans votre quête, cette publication est bien rare.

 

12 commentaires Publier un commentaire
  1. Paul Savard #

    Vers 1942, à La Malbaie, j’ai vu de ces tonneaux pleins
    de clous à bardeaux, pour la réparation d’un toit du
    poulailler

    21 août 2011
  2. Jean Provencher #

    Vous avez bien raison, monsieur Savard, je n’en doute pas. Ce tonneau était vraiment un contenant universel. Mais vous dire le mal que j’ai eu à en trouver un. Si on observe bien la photo, vous verrez que, sur le côté droit, il manque une douve. Ce tonneau était tout bringuebalant. Pour le photographier, il m’a fallu le placer d’une manière telle qu’on ne puisse voir cette faille, son vieil âge. Je pense que le brocanteur demandait quelque chose comme 50 cents. Mais que faire avec un si vieux tonneau, tout à fait inutilisable ?

    21 août 2011
  3. François Dionne #

    Je viens juste de découvrir un site plus qu’ intéressant merci!En ce qui concerne les barils dans mon petit coin de pays il n’y a pas si longtemps début 80 on se servait encore du tonneau pour saler et entreposer la sardine.Pour le hareng avant de le fumer dans les boucaneries, on le salait dans des demis tonneau mais beaucoup plus grand que l’on appelait des tonnes.Pour 50 cents ce tonneau qui me semble a clous aurait sertainement utilitée comme y mettre de l’écorce de bouleau pour allumer un foyer au bois

    21 août 2011
  4. Jean Provencher #

    Merci, cher Monsieur Dionne, de vos bons mots. Et merci de votre contribution à la connaissance du tonneau.

    21 août 2011
  5. michel coté #

    Mon père était forgeron, en plus des clous les tonneaux contenaient des fers à chevaux, à boeufs…

    Un gros merci c’est très agréable de mettre notre existence en perspective grâce à vos écrits

    22 août 2011
  6. Jean Provencher #

    Ah, merci, cher monsieur Côté. Encore un usage du tonneau que je ne connaissais pas. J’aime beaucoup que nous nous attardions au tonneau, il fut si longtemps dans nos vies.

    22 août 2011
  7. Catherine Fortin #

    Dans un ouvrage, publié en 1896, consacré aux engrais, le Dr. G. Laroque rapporte qu’en France, dans les petites fermes: «les latrines sont bâties un peu soulevées de terre, et toutes les déjections parviennent dans un tonneau placé immédiatement en dessous», le but étant de se servir de la matière fécale comme engrais.
    Sur un site archéologique médiéval en Angleterre, on a déjà excavé un tonneau rempli de restes alimentaires.
    Ici dans des arrière-cours d’habitations de Québec et de Montréal, les archéologues ont mis au jour, dans des couches de sol datant d’environ 1850, des tonneaux remplis d’un assemblage concentré de graines de petite taille (framboises, fraises et figues surtout) qui caractérisent la matière fécale.
    Une façon ingénieuse de réutiliser de vieux contenants et probablement plus faciles à vidanger qu’une fosse dans la terre. Voici donc une autre utilisation (ultime) du tonneau.

    22 août 2011
  8. Jean Provencher #

    Ah, chère Catherine, merci beaucoup. Voilà qui ajoute d’autres usages au tonneau, un contenant qui aurait pu nous sembler absolument banal. J’ignorais tout de ce que vous nous écrivez ici. Bienvenue sur le site aussi, je suis content que vous soyez là.

    23 août 2011
  9. Bud #

    Au musée du phare de l’Île Verte, nous avons un petit tonneau dans lequel le gardien avait reçu de la poudre à canon. De 1856 à 1896, le canon servait de signal de brume pour indiquer le danger aux navires. Ce tonneau était entièrement fabriqué de bois, aucun clou, aucune sangle de métal, tout de bois pour ne pas faire d’étincelle. Ce tonneau est un vrai petit bijou, avec encore le logo de la compagnie de poudre à canon en dessous.

    28 août 2011
  10. Jean Provencher #

    Dites, Bud, une petite merveille que ce tonneau !

    30 août 2011
  11. Paradis Francois #

    Bonjours …..je suis a la recherche de tonnaux de bois qui on déjas servie pour la boissons et si possible pas a l autre bout du monde
    merci et si vous connessé une endroit ou il y en a a vendre bien
    j aimerais le savoir
    encore merci
    Francois Paradis

    31 août 2012
  12. Jean Provencher #

    Votre appel est lancé, Monsieur Paradis. Espérons que quelqu’un sait où trouver de type de tonneau. Appel à tous, appel à tous.

    31 août 2012

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS