Skip to content

Tout est culture

Voir, bien sûr, d’abord ces références à ce monde nourri par des artisans.

Et puis je me dis, parfois que tout est culture. Nous sommes des bêtes à culture. Il faut courir au dictionnaire pour en constater la vastitude. Connaissance, éducation, savoir, érudition, et quoi encore.

Nous avons même des ministres de la culture.

Je n’ose enfermer la culture dans des paramètres absolument précis. Je la laisse ouverte. J’espère libellés sur ce site  toutes les manières de la vivre, tous les «chants», les dires, qui en résultent et en ont résulté. Même l’épouvantail, qui remonte à la nuit des temps, et le bonhomme de neige, dans les pays nordiques, sont aussi culture. Et puis aussi, échappés dans la sous-catégorie Amour-Amitié : les désirs des hommes, ses coups de foudre soudain, ses passions, et puis ses brisures. En leur temps, j’ai tant aimé la relation du Grand Meaulnes et le Cantique des cantiques. À ce sujet, convenons qu’à chaque fois qu’apparaîtra sous Amour-Amitié un texte déjà publié, la référence l’accompagnera. Mais, d’autres fois, des textes personnels ou provenant d’amis divers ne seront pas signés, ayant leur valeur pour simplement ce qu’ils sont. Ces derniers écrits pourront même être proposés sans aucune forme de commentaire.

Les oiseaux sont d’Adalbert Thibault.

4 commentaires Publier un commentaire
  1. Michel Hébert #

    Art populaire, je me demandais si les nombreux corps de tambours et clairons des années soixante, de partout au Québec comme Les Diplomates de Québec, la Clique Alouette et de nombreuses autres formations pouvaient avoir leur place dans ce grand chapitre. C’était plus qu’un de loisir, des gars et des filles y ont développé leur goût de la musique, de la chorégraphie et jusqu’à un certain point le beau. Peut-être vous y attarderez-vous à un moment donné.
    Merci d’être là, tout comme l’émission J’ai la mémoire qui tourne, comme le travail de l’abbé Proulx , vos écrits s’inscrivent dans l’esprit du documentaire poétique de Michel Brault, Pour la suite du monde.

    5 décembre 2011
  2. Jean Provencher #

    Cher monsieur Hébert, pour les corps de tambours et clairons, comme pour tout autre sujet d’ailleurs, il me faudra une porte pour que je puisse en parler. Qui sait, peut-être m’y attarderai-je à un moment donné.

    Merci beaucoup de vos mots. J’aime bien l’expression de Brault : Pour la suite du monde.

    5 décembre 2011
  3. Cher monsieur Provencher,

    C’est un vrai plaisir que d’apprendre que vous aimez l’art populaire. Mais ça ne me surprend pas .
    Je relis presqu’à tous les ans vos quatre saisons dans le bas st-laurent.
    j’y habite depuis quelques années et je suis sculpteure d’art populaire.On m’appelle madame WeZo.
    Si vous passez par st-éloi , ce serait un grand honneur que vous me feriez, de venir visiter la cabane à WeZo.

    11 novembre 2012
  4. Jean Provencher #

    Merci de votre belle invitation, chère madame WeZo. Si je me pointe dans le Bas, je vous fais signe auparavant et ferai un p’tit arrêt à Saint-Éloi pour visiter votre cabane à WeZo.

    Bravo pour votre travail de sculpteure d’art populaire ! Les femmes ne sont pas encore nombreuses dans ce monde, je trouve. Hier, au Musée de la civilisation à Québec (http://jeanprovencher.com/2012/11/08/en-suivant-le-fil-dariane-de-lamour/) nous avons parlé passablement d’art populaire. Le Musée possède une belle collection et n’hésite pas à échapper des pièces ça et là dans ses expositions.

    11 novembre 2012

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS