Skip to content

L’Hespérie des graminées (Thimelicus lineola, European Skipper)

Pure beauté.

L’entomologiste Louis Handfield dit qu’elle est commune dans ma région.

Par ailleurs, selon lui, on la trouve partout, même en milieux urbains, mais à l’exclusion des forêts denses. « Un papillon, dit Handfield, très cosmopolite. »

Elle n’est pas d’ici et son histoire en Amérique est assez incroyable. Un peu avant 1910, elle est introduite accidentellement à London, en Ontario, près d’un dépotoir.  Des œufs auraient été introduits accidentellement au Canada dans du foin protégeant des poteries et de la vaisselle provenant d’Europe. On l’aperçoit au Québec en 1962, à Ville Saint-Pierre et à Lanoraie. Bientôt elle est abondante à peu près partout dans le sud et le centre du Québec, causant même de graves épidémies à Joliette et dans la région de Ville-Marie en 1973. Elle apparaît dans la région du Saguenay en 1968, puis, deux ans plus tard, dans la région du Lac-Saint-Jean. Au Québec, certaines années, elle est tellement commune qu’on peut parfois voir des centaines d’individus traverser les routes secondaires.

Certains diront qu’elle n’avait pas à faire ici. Mais je ne peux m’empêcher de trouver incroyable ce grand courant de vie qui s’est manifesté sous cette forme au Québec au 20e siècle. Que voulez-vous, j’adore.

 

Louis Handfield, Les Papillons du Québec, Éditions Broquet, 2011, p. 101.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS