Skip to content

Articles de la catégorie ‘Insectes, Arachnides et Opillon’

« Mes amis »

Mon abeille attachante

Une abeille en toile cirée

demande le silence

une sauterelle un peu de blé

vole vers la France Lire la suite

« L’école du village »

Napoléon Legendre, bien sûr

Il faudra bien un jour passer le râteau dans la production de nos premiers écrivains au Québec pour en extraire les textes trempés dans l’eau bénite et conserver les autres qui méritent de l’être pour la suite du monde.

En voici un exemple de l’écrivain Napoléon Legendre (1841-1907) tout à fait défendable encore aujourd’hui. Lire la suite

Coccinelle asiatique marchant sur l’immensité

Lire la suite

La vie empressée

Les bourgeons du cerisier à grappes appellent le soleil, les premières mouches sont vives, les pousses d’hémérocalles passent par la fêlure.

Mais tout continue d’être fort calme, sans de nouvelles espèces d’oiseaux. Lire la suite

J’aime le bourdon

Depuis longtemps, il est pour moi un camarade. Quelque chose dans nos vies est semblable. Et je prends toujours plaisir à en savoir davantage à son sujet. Lire la suite

De Hogan Reikan (1779-1860)

À quoi rêvent-ils dans les fleurs

Les papillons

Muets Lire la suite

De la nonne Enomoto Seifu (1732-1814)

Le papillon est vieux

Mais son âme sur les chrysanthèmes

Folâtre. Lire la suite

L’humaniste, naturaliste et entomologiste Jean-Henri Fabre (1823-1915) rend hommage au crapaud. Pour les jeunes

Le crapaud est inoffensif, mais ce n’est pas assez pour le recommander à notre attention. C’est encore un auxiliaire d’un grand mérite, un glouton avaleur de limaces, de scarabées, de larves et de toute vermine. Lire la suite

Relire des livres de sagesse des années 1970 montre parfois qu’il ne fallait vraiment pas tout prendre pour vérité

L’agronome, biologiste et écologue français René Dubos (1901-1982), qui aurait donc eu 116 ans voilà trois semaines, écrit dans son essai Choisir d’être humain (Paris, Denoël, 1974, p. 44) : Lire la suite

Vous les reconnaissez sans doute

Des créations de l’artisan Raymond Leroux. De Sainte-Thérèse de Blainville.

Ces malcommodes vivent de l’air du temps, si immobiles qu’une toute petite araignée s’est servie de l’un d’entre eux comme départ d’une toile qu’elle espérait. Lire la suite