Skip to content

Articles de la catégorie ‘Le temps’

À Montréal, le moment fait jaser, avec toutes les couleurs du temps

La débâcle, voilà la question du jour. Lire la suite

Comment vont le fleuve et ses affluents à la fin de mars

Chaque lieu, dirait-on, a son comportement propre. Impossible donc d’imaginer une politique commune pour l’ensemble du Saint-Laurent et de ses affluents. Lire la suite

Revoici le bonheur à Québec

Avec le printemps qui nous arrive, ce matin, nous jouissons d’une température admirable. Le grand soleil qu’il fait enlève la neige à vue d’œil et les rues sont métamorphosées en rivières. Les trottoirs, pour la plupart, sont à découvert et la foule, déjà, jouit du beau temps et de la douce chaleur.

 

Le Canada (Montréal), 22 mars 1905.

Voilà donc pourquoi le vent se plaignait hier soir et cette nuit pour entrer dormir à l’intérieur

Lire la suite

Approcher le discours premier

Pour connaître la venue de nos premières fois, de nos premières croyances écrites.

Maintenant, je vais aborder un autre sujet et te montrer la route à suivre… Un jour, dit-on, Pythagore qui passait s’apitoya sur un chien qu’on battait et s’écria : « Arrête, c’est l’âme d’un ami que j’entends gémir sous les coups de bâton ».
Lire la suite

Est-ce l’Oie des neiges ou la Bernache du Canada ?

Il faut peut-être parier sur l’Oie des neiges. Lire la suite

Les errances de la Pompadour

Le correspondant du quotidien montréalais Le Canada dresse le bilan de l’hiver le long du Saint-Laurent, à Contrecœur. Lire la suite

Une espérance sans doute : être maître un jour du temps qu’il fait

Le Printemps qui, selon le calendrier, n’entre en scène que le 21 mars, s’affirme dès maintenant par des aquilons déraisonnables et un dégel, qu’on n’ose ni acclamer ni déplorer. Lire la suite

S’il fallait que Montréal manque de charbon !

À Montréal, la situation pour le charbon est loin d’être satisfaisante pour le marchand comme pour le consommateur. Lire la suite

Début de mars bien froid à Joliette en 1892

Froid excessif ici, vendredi, samedi et dimanche, par suite surtout d’un petit vent qui nous plantait comme des épingles dans le figure, si l’expression est permise. Lire la suite