Skip to content

« Le crâne de l’homme primitif »

En 1908, voilà que le Néandertalien fait la manchette.

M. Edmond Perrier [1844-1921, anatomiste français] vient de faire à l’Académie des Sciences une communication extrêmement importante.

Elle a trait à la découverte d’un crâne qui aurait appartenu à l’homme primitif. C’est à deux prêtres, MM. les abbés Bardon et Boussony, qu’est due l’exhumation de ce vestige des temps préhistoriques, qui est destiné on peut nous en croire, à faire parler de lui…

On se souvient sans doute du « pithécanthropus » découvert dans l’Île de Java, et dont il ne restait en somme que la voûte crânienne et un tibia. Cependant, sur ces simples débris, de hardis paléontologistes affirmèrent qu’il s’agissait ici des restes d’un être formant la transition entre le singe et l’homme.

Le crâne que présente M. Perrier est complet ; seules, les dents manquent, et ses caractères humains sont indéniables. Mais les arcades saillantes, les traces indiscutables de muscles occipitaux puissants, l’énorme proéminence des mâchoires et d’autres signes très nombreux indiquent que le possesseur du crâne en question, quoique infiniment supérieur au « pithécanthropus », en avait cependant quelques-uns des aspects.

M. Edmond Perrier, après avoir fait remarquer que le crâne découvert par MM. Vardon et Boussony comporte une capacité cérébrale bien supérieure à celle des singes anthropomorphes, n’hésite pas à déclarer, en terminant, que nous avons sous les yeux un échantillon du squelette de l’homme primitif, de celui qui a précédé l’homme tel que nous le connaissons sur la terre !

Il est inutile d’ajouter que la communication de M. Perrier, ce qui est le cas dans les faits de cet ordre, a été très diversement commentée.

 

La Patrie (Montréal). 28 décembre 1908.

Ci-haut le crâne du Néandertalien découvert en 1908 par les trois frères Bouyssonie, Amédée, Jean et Paul, et l’abbé Bardon aux environs de Brive-la-Gaillarde, tout près de La Chapelle-aux-Saints, et la reconstitution de la sépulture du Néandertalien, âgé de 60 000 ans.

D’ailleurs, pour la justesse de l’information, on serait mieux de s’en remettre à la page Wikipédia où apparaissent ces deux images — le crâne du Néandertalien et la reconstitution de sa sépulture — qu’à l’article de 1908, parfois approximatif, du quotidien montréalais.

Au sujet d’une nouvelle très récente sur le Néandertalien, voir aussi ce billet. Depuis quelques mois seulement, nous sommes à préciser qui était vraiment le Néandertalien, à le réhabiliter, lui que nous considérions comme une bien pauvre personne. Un ouvrage vieux de dix ans, par exemple, est complètement dépassé. Si le Sapiens est originaire d’Afrique — ça semble bien attesté — le Néandertalien vient du nord de l’Europe. Et les deux se sont rencontrés et trouvés « désirables » au point de faire l’amour. Le Néandertalien, comme le Sapiens, se souciait de mettre en terre ses morts.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS