Skip to content

Courte histoire des souhaits de la nouvelle année

Bien belle année à Vous !

À partir du travail de l’ethnologue et folkloriste breton Paul Sébillot, le quotidien Le Canadien, du 31 décembre 1889, propose ce texte sur l’origine des vœux du jour de l’An.

Nous touchons au 1er janvier, c’est donc le moment de parler des souhaits de bonne année.

La sincérité en est souvent si fragile que bien peu de temps après le jour de l’an, ces souhaits qu’on a échangés avec une belle conviction, en apparence, semblent déjà de l’histoire ancienne !

Cependant il est curieux de voir quelle forme prennent ces souhaits dans les divers pays, et c’est l’objet d’un travail intéressant de M. Paul Sébillot. Il s’est livré sur ce sujet à une enquête piquante, réunissant ainsi les matériaux d’une sorte d’histoire du jour de l’an.

Dans certaines contrées, on demeure fidèles à de vieilles formules, dont quelques-unes font allusion à de très antiques coutumes perdues.

C’est ainsi que, en Basse-Bretagne, nombre de paysans prononcent gravement, le matin du jour de l’an, cette phrase dont le sens est obscur aussi bien pour eux que pour ceux à qui ils s’adressent

— Beaucoup de baisers, avec beaucoup de cailloux dans la poche !

Franche et vraiment cordiale est la formule des habitants de Plouguerneau, qui se dit en breton : 

Blouvez mad d’he lod
Ha tregez, dislogod.

Ce qui se traduit ainsi : «Bonne année, tout ce qui est vôtre, et, dans le ménage, point de soucis !»

Dans le pays de Cleder, toujours en Bretagne, il est de règle de se saluer, au début de la nouvelle année, de cette façon :

Je vous souhaite une bonne année,
Vaches, chevaux et cochons,
Étoupes et lin,
Et le paradis à la fin !

Ailleurs, les enfants parcourent les maisons, s’arrêtent à toutes les portes, et disent :

Je vous souhaite une bonne année couleur de rose !
Fouillez dans votre poche et me donnez quelqu’chose !

Les Normands, plus gais, ont une plaisanterie coutumière pour cette date; un peu sceptiques sur la valeur des souhaits, ils disent en riant :

Je vous souhaite la bonne année,
La teigne et la diarrhée !

Ce vœu railleur n’est là, d’ailleurs, que pour l’assonnance, sans autre malice.

Presque partout, l’ironie se retrouve, au reste, et les souhaits empruntent une forme joviale.

En Beauce, on dit communément, même en s’embrassant sincèrement :

Je vous souhaite une bonne année de pain tendre !
Que la mie vous étouffe et que la croûte vous étrangle !

Dans le Nord, on répète volontiers, par manière de dicton, ces sortes de vers primitifs en patois wallon :

Eun! bonne année !
Eun’ parfaite année !
Mettez vo main din vo saclet (sac);
Vous verrez chin qu’vous me donnerez !

Sous une autre forme, c’est la même idée qu’exprime le souhait populaire en Auvergne :

Bon zour, bon on !
Les estrennes vi demandons !

ou bien encore :

Je vous souhaite une plein sac d’écus; fouillez dans votre poche et donnez-m’en un cent.

En Belgique flamande, les enfants se présentent devant les portes et chantent un petit couplet qui commence par ces mots assez incohérents :

Nouvelle petite année bien douce. La pose à quatre pattes. Quatre pattes et une queue.

Après quoi, ils se nomment, rappellent leurs parents, se recommandent de leurs connaissances, pour obtenir un menu cadeau.

Les souhaits anglais sont tout positifs; ainsi, M. Sébillot a noté cette formule, à Cleveland :

Je vous souhaite une bonne année, un garde-manger plein de bœuf rôti, et un tonneau plein de bière !

Les garçons crient ce souhait à travers le trou de la serrure de leurs voisins, le matin du nouvel an.

4 commentaires Publier un commentaire
  1. Belle Acadienne #

    À ajouter à la liste: « Bonne année Grand Nez. _Et toi pareillement Grand’ Dent ».
    Je ne sais pas d’où ces voeux tirent leur origine. Il me semble l’avoir entendu dans l’émission: « Le temps d’une paix ».
    Et longue vie à Vous et que la Santé vous accompagne.

    1 janvier 2014
  2. Jean Provencher #

    Absolument, Belle Acadienne. À la maison, nous avions cette manière de souhaiter la bonne année bien avant Le Temps d’une paix.

    Que le bon temps ne cessent de rouler pour vous. Tendresse, douceur, agréables découvertes et une santé telle que vous n’ayez même pas à y penser !

    1 janvier 2014
  3. alain gaudreault #

    Bonne et heureuse année grand nez,pis d’la santé et le paradis a la fin de vos jours!

    1 janvier 2014
  4. Jean Provencher #

    Pareillement, grandes dents !

    2 janvier 2014

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS