Skip to content

Aujourd’hui, sur le babillard

Quel temps ! Beau comme un péché. Le ciel, d’abord, regardé absolument en pleine face, d’un bleu immaculé. Au sol, partout une brume diaphane. Dans les champs, on dirait les bêtes heureuses.

Et puis, chez moi, comme m’accueillant, le Jaseur boréal, aussi appelé Jaseur de Bohème (Bombycilla garrulus, Bohemian waxwing), déjà rentré. Ils sont bien une quinzaine dans le grand pommetier chargé de fruits. Avec les Merles d’Amérique (Turdus migratorius, American robin), ils vont tout vider, ma foi, et n’en laisseront pas pour les oiseaux de janvier. Jamais je n’avais aperçu ce jaseur si tôt. En 1993, il était là le 28 octobre; quatre ans auparavant, en 1989, le 29 octobre.

Et, ô surprise, au moins une douzaine de Gros-becs errants (Coccothraustes verpertinus, Evening grosbeak), mâles et femelles, mangeant sur la galerie avant le tournesol tombé des silos. Absents chez moi depuis 12 ans ! Excusez la qualité de l’image, la vitre nous séparait. Ils ne pouvaient tolérer ma présence à l’extérieur, effrayés par un pareil Bonhomme Sept-Heures. Ils ont fui, le temps que je mette à leur disposition un plateau de graines, mais sont revenus, heureux.

Quel temps !

3 commentaires Publier un commentaire
  1. claude lamontagne #

    comme qui dirais. maudit chanceux.claude.

    26 octobre 2012
  2. Jean Provencher #

    À chanceux, chanceux et demi, cher Claude. Toi avec tes gros-becs également, et ton Cardinal rouge mâle sur ta galerie même, un oiseau que je n’ai vu qu’à une seule reprise chez moi en 36 ans, diable !

    26 octobre 2012

Trackbacks & Pingbacks

  1. Les merles découvrent le grand pommetier ! | Les Quatre Saisons

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS