Skip to content

Décès de Louis Pasteur

Dans le journal La Patrie du 30 septembre 1895, on apprend le décès d’un bien grand homme pour l’humanité, Louis Pasteur. Sa contribution à la santé des populations est incroyable.

L’article en page 2 s’intitule simplement Pasteur.

On verra par les dépêches contenues dans notre Courrier de France que la science moderne vient de perdre une de ses plus lumineuses figures, dont la disparition met en deuil le monde entier.

Pasteur, qui vient de mourir était un de ces bienfaiteurs de l’humanité dont le nom restera toujours gravé dans tous les cœurs. C’était, lui aussi, un Grand Français, et, jusqu’au dernier moment, il est resté sur la brèche, prodiguant son temps et ses travaux au salut de ses semblables.

Il était né à Dôle, dans le Jura, le 27 décembre 1822. Il entra d’abord dans l’Université, fut reçu à l’École normale en 1843 et sortit avec le diplôme de docteur ès-sciences en 1847. En 1848, il était nommé professeur de physique à la Faculté de Strasbourg. En 1851, il était chargé d’installer la Faculté des Sciences de Lille, et, en 1857, l’Université lui confiait la direction scientifique de l’École Normale.

En 1868, il fut élu membre de l’Institut de France. La Société Royale de Londres décerna à Pasteur, en 1856, une médaille pour ses recherches sur la polarisation de la lumière. Le 12 août 1853, il recevait la croix de chevalier de la Légion d’Honneur, en 1863, celle d’officier, en 1868, celle de commandeur. En 1869, la Société Royale de Londres nommait Pasteur un de ses membres étrangers (ils ne sont que cinquante).

L’Assemblée Nationale française décerna en 1874 à Pasteur une rente viagère de 12,000 francs en l’honneur de ses travaux sur la fermentation des vins et, le 24 octobre 1878, l’immortel savant recevait la Croix de Grand Officier de la Légion d’Honneur. Le 27 avril 1882, l’Académie recevait enfin Pasteur dans son sein et il prononçait un éloge solennel de Littré dont il venait d’occuper le siège.

En dehors de ses études scientifiques qui font sa gloire sur la fermentation des vins et la propagation des maladies chez les animaux domestiques et le ver à soie, le grand titre de Pasteur à la reconnaissance publique sera sa découverte de l’inoculation des maladies par la vaccination pour assurer l’innocuité des sujets.

La découverte du vaccin de la rage s’est étendue jusqu’aux confins les plus reculés de l’univers. C’est grâce à cette découverte que le Dr Roux, l’élève et le continuateur de Pasteur, a pu trouver son fameux serum antidiphtérique qui s’est également implanté dans le monde entier. Pasteur disparu, son œuvre reste pour nous rappeler sa mémoire qui est chère à tout bon Français.

 

Cet article de La Patrie ne fait qu’énumérer les titres de gloire, dirait-on, de ce grand homme. On en saura bien davantage à son sujet sur l’importante page que lui consacre Wikipédia, La représentation ci-haut du personnage, probablement celle qui a connu la plus grande diffusion au fil du temps, apparaît justement sur cette page.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS

Current ye@r *