Skip to content

La terre tremble

Le 14 septembre 1904, à 20 heures 54, la terre tremble dans l’ouest du Québec. Dès le lendemain, Le Canada publie des témoignages au sujet de l’événement provenant de diverses localités.

À Montréal d’abord. Vers 7 heures et un quart, un orage épouvantable tomba sur la ville et alors qu’une pluie torrentielle tombait à 8 heures 54, une secousse violente de tremblement de terre se fit sentir. […] De tous les points de la ville et des environs, la nouvelle de cette secousse nous parvenait. […] Au numéro 127 rue Saint-Denis, les gens ont ressenti une violente secousse. La famille était à faire la prière du soir quand tout à coup un grand fracas de verre et de faïences brisés effraya les personnes dans leurs exercices spirituels. Chez M. A. Authier, épicier, au coin des rues Ste-Catherine et Sanguinet, le tremblement de terre a produit une catastrophe en miniature. Une quantité de bouteilles qui se trouvaient placées sur les tablettes sont tombées avec un fracas épouvantable. Les enfants qui étaient couchés à l’étage supérieur se réveillèrent effrayés par le bruit et pendant quelques instants un tumulte indescriptible régna dans la maison.

À Sainte-Agathe-des-Monts. La terre trembla plusieurs secondes, et les personnes qui se trouvaient dehors ont entendu une espèce de grondement souterrain. Dans toutes les maisons, les meubles et les ustensiles oscillèrent un moment. À l’hôtel Lallier, où je me trouvais dans le moment, on entendit le choc de la vaisselle dans la cuisine et une lampe suspendue se balança pendant plusieurs secondes. Dans l’étable, les chevaux prirent peur et hennirent bruyamment. Des chevaux, appartenant à la scierie de Ste-Agathe et qui se trouvaient dans la cour à ce moment, devinrent effrayés et partirent au grand galop. On a eu beaucoup de peine à les rattraper et à les calmer. Plusieurs personnes sortirent de leurs maisons et n’y rentrèrent que lorsqu’elles furent certaines qu’il n’y avait plus de secousse. Un homme digne de foi, qui se trouvait sur le chemin de la gare au moment du tremblement de terre, dit que la secousse semblait venir du côté du lac. Il a positivement entendu un grondement souterrain et la secousse qu’il a ressentie fut tellement forte qu’il perdit presque l’équilibre et s’accota à un arbre.

À Saint-Jérôme. Au moment de la secousse, notre correspondant se trouvait rue Labelle, près du bureau de poste, et il entendit distinctement une sorte de grondement sinistre. Une dame qui se trouvait tout près de lui a été si effrayée qu’elle s’est sauvée en criant. Dans les maisons, plusieurs personnes ont distinctement entendu les murs craquer, et ça été une course générale vers la rue.

À Sainte-Scholastique. Plusieurs personnes ont senti la terre osciller sous leurs pieds, et onduler d’une manière sensible. Dans le hangar de M. Jos Fortier, une pile de bois s’est écroulée avec fracas, et les personnes qui se trouvaient dans la maison furent très effrayées.

À Sainte-Thérèse. Il paraît qu’à la gare la secousse a été assez sensible pour faire tomber une pile de valises qui se trouvaient dans la salle d’attente. Plusieurs personnes sont sorties de leurs maisons très effrayées.

À Notre-Dame-de-Grâces. M. Descaries, qui se trouvait dans sa cuisine, a entendu distinctement les ustensiles de cuisine s’entrechoquer avec bruit.

À Longueuil. J’étais dehors au moment du tremblement et j’ai senti la terre onduler pour ainsi dire sous mes pas, en même temps qu’un bruit souterrain se faisait entendre. Même après que la secousse était finie, j’ai pu distinguer une sorte de craquement souterrain qui allait en diminuant et finit par s’éteindre.

À Saint-Césaire. Les cloches de l’église ont fait entendre un tintement.

À Saint-Hilaire. Je me trouvais chez moi lorsqu’il m’a semblé qu’un grondement formidable se faisait entendre, j’allais à la porte pour regarder dehors et au moment où j’allais pour l’ouvrir, la terre trembla. La secousse a été très longue, à peu près 25 secondes. Il semblait que la montagne tremblait.

À Hull. La secousse a causé beaucoup d’émotion dans la ville et a fait le sujet des conversations toute la soirée. Plusieurs personnes craignaient même de se coucher, ayant peur d’une autre secousse plus forte.

Ce qu’est un tremblement de terre.

On appelle tremblement de terre une secousse de la croûte solide du globe terrestre.

On dirait une vague de mouvement, née d’une pression intérieure, et parcourant une partie du globe. On ignore encore à quelles causes attribuer les tremblements de terre. Est-ce l’effet de la pression de vapeurs condensées dans des cavités immenses à une grande profondeur sous terre ? Est-ce le déplacement des grands rochers qui forment la carcasse du globe ? Est-ce le jeu des volcans intérieurs ?

La rapidité du déplacement et l’intensité du mouvement varient avec l’élasticité du milieu où il se produit. La mer est moins sensible que la terre; les allusions [sic] moins sensibles que les rocs. Le tremblement de terre se déplace parfois avec une rapidité de trente milles à la minute. Un tremblement du fond de la mer soulève des vagues énormes qui vont mourir sur les rives voisines qu’elles ravagent. La secousse affecte parfois d’immenses surfaces.

Le grand tremblement de terre de 1755, qui détruisit Lisbonne, secoua une surface quatre fois plus grande que l’Europe entière. Dans les Andes, Amérique du Sud, la terre tremble quelquefois sans interruption pour plusieurs jours. En d’autres endroits, on a ressenti des secousses à peu près à toutes les heures, pendant des mois consécutifs. Souvent on a vu le sol complètement déformé, élevé ou abaissé à la suite de tremblements de terre. Ceux-ci sont souvent accompagnés de bruits et de grondements souterrains. On a souvent remarqué qu’il y avait rapports entre les volcans et les tremblements de terre.

 

J’aime beaucoup ce texte. Dans la première partie, le choc du tremblement de terre a resserré la population au point où, à travers le journal du moins, le Québec devient, dirait-on, un simple village. Le quotidien, souvent, ne prend même pas la peine de nous donner le nom de ses témoins. Dans le seconde partie, on constate qu’on cherche encore en 1900 l’explication de ce qu’est un tremblement de terre. Certains croyants invoquent peut-être encore, comme lors du grand tremblement de terre de 1663, une intervention divine pour interpréter le phénomène. Mais, manifestement, ici, nous n’en sommes plus là. Et on sent que, sous ces approximations, se cache la réponse. On chemine, on chemine.

La gravure ci-haut sur le grand tremblement de terre de Lisbonne en 1755 apparaît à l’adresse suivante.

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS