Skip to content

La Jetée et les Bassins Louise

À Québec, l’été, depuis 2008, habitants des environs et gens de passage peuvent admirer, le soir venu, le Moulin à images, de l’équipe d’Ex Machina, projeté sur les silos à grain de la Bunge. Mais connaît-on les débuts de cet espace d’eau à ses pieds ? Le journal Le Soleil nous les raconte le 21 octobre 1905.

C’est un jeudi, le 29 juillet 1880, que la pierre angulaire du système de bassins du havre de Québec fut posée.

Une foule considérable s’était donnée rendez-vous sur les lieux pour assister à la cérémonie qui promettait d’être imposante.

Par un acte de délicatesse qu’on ne doit pas passer sous silence, les commissaires du havre d’alors avaient demandé à la princesse Louise, l’aimable épouse du sympathique marquis de Lorne, gouverneur général du Canada de 1878 à 1883, l’autorisation de donner son nom à la Jetée et aux Bassins, dont l’édification commencée en 1877 devait se terminer en 1890. Cette autorisation fut accordée par la princesse Louise, avec autant de plaisir que celle donnée à peine un mois auparavant par le marquis de Lorne, relativement au Bassin de Radoub, à Lévis […].

La princesse Louise avait aussi gracieusement accepté l’invitation de venir poser cette pierre commémorative de la Jetée qui devait perpétuer son nom. Elle s’était rendue sur les lieux, accompagnée du marquis de Lorne.

Lors de l’inauguration, les entrepreneurs présentèrent à la princesse Louise une splendide truelle en argent, magnifiquement ciselée, sur laquelle on pouvait lire l’inscription suivante en lettres enjolivées : À Son Altesse Royale, la princesse Louise. Cette truelle est présentée par les contracteurs des travaux du havre de Québec, à l’occasion de la pose de la pierre angulaire de la Jetée et des Bassins de la princesse Louise, rivière St-Charles, Québec, 29 juillet 1880.

Avec le bel outil qui lui avait été présenté, la princesse Louise prépara avec grâce, dans le ciment, le lit qui devait recevoir la pierre angulaire de notre système de bassins, sur laquelle le nom de Louise avait été gravé. Et, alors, en présence des distingués spectateurs et de tous les assistants, l’énorme bloc de pierre fut descendu lentement et déposé sur le nid qui venait de lui être préparé des mains de la princesse Louise. Pour clore la cérémonie habituel en pareille occurrence, une fois qu’elle fût bien assujettie dans son lit de mortier, et avec un joli maillet en chêne poli qui lui avait été présenté, la princesse Louise frappa trois ou quatre fois le bloc commémoratif qui fut déclaré bien et dûment posé.

C’est à proprement parler de ce jour que date le commencement des travaux de construction de la Jetée et des Bassins du havre de Québec. Ces bassins ont été livrés au commerce maritime en mai 1890.

 

7 commentaires Publier un commentaire
  1. Jean Provencher #

    Salutations, Monsieur Naud.

    8 février 2016
  2. Bonjour M. Provencher.

    Auriez-vous une idée de l’endroit précis où a été posée cette fameuse pierre angulaire, gravée du nom de la Princesse Louise?

    Cette pierre serait-elle encore visible aujourd’hui?

    Je vous remercie.

    Samuel Venière

    20 juillet 2016
  3. Jean Provencher #

    Malheureusement, cher Monsieur Venière, j’ignore où fut placée cette pierre.

    20 juillet 2016
  4. J’ai fait le tour des pierres anciennes du Bassin ce midi, en regardant avec minutie chaque pierre et je n’ai rien aperçu de significatif… Ne serait-ce pas extraordinaire de retrouver cette pierre? Il y a sûrement une trace, quelque part… L’enquête continue.

    Je vous remercie sincèrement pour votre réponse. Au plaisir!

    20 juillet 2016
  5. Jean Provencher #

    Tenez-nous au courant, cher Monsieur Venière, si vous trouvez. Merci à l’avance.

    20 juillet 2016
  6. Jean Provencher #

    Monsieur Venière, je lis dans Le Canadien (Québec) du 29 juillet 1880 : «Elle déposa dans une boîte placée dans la pierre qui supporte la pierre commémorative une copie de l’adresse qui venait de lui être présentée et de la réponse faite par le marquis de Lorne. Elle prit une truelle d’argent présentée par Mme P. Valin, en couvrit de mortier et la scella avec soin. […] La pierre commémorative, suspendue par des fortes chaînes, fut ensuite abaissée et mise à la place qu’elle occupera probablement pendant des siècles. Elle porte, gravée en grosses lettres, le mot «Louise» et au-dessous les chiffres «1880».

    31 juillet 2016

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS