Skip to content

Articles de la catégorie ‘Les Chinois’

Nous voilà dans le quartier chinois à Montréal

Hier matin, un vacarme insolite attirait de nombreux passants au coin des rues Lagauchetière et Saint-Urbain, en plein Chinatown. Lire la suite

Jouets et jeux des enfants de Chine durant les années 1930

Il y a de ces livres franchement étonnants, celui-ci en est un, L’enfant et sa mère à travers le monde. Un pavé, 765 pages. Mon bouquiniste Bernard Laforce est si heureux de savoir qu’enfin quelqu’un l’attrape.

Vous n’avez pas idée, me dit-il. Voilà des années que j’essaie de le vendre. J’ai tout tenté. Le changement de rayons, la mise en vitrine, les propositions à des clients. Finalement, je l’ai déposé sur le trottoir dans la boîte des livres à 2$ pour liquidation. Et c’est vous qui partez avec.
Lire la suite

« Pendant que je chantais la nature »

Assis dans mon pavillon du bord de l’eau, j’ai regardé la beauté du temps ; le soleil marchait lentement vers l’occident, au travers un ciel limpide.

Les navires se balançaient sur l’eau plus légers que des oiseaux sur les branches, et le soleil d’automne versait de l’or dans la mer. Lire la suite

Arrêt sur Dai Wangshu

Un ouvrage me met sur sa piste, petit livre de poèmes choisis traduits du chinois et présentés par Yan Hansheng (1902-1993) et Suzanne Bernard (1932-2007).

Wangshu a eu une courte vie. Né en 1905 à Zhejang, en Chine, il décède à Beijing en 1950. Suzanne Bernard, écrivaine et critique littéraire française, sait bien nous le rendre dans la préface du livre. Lire la suite

On dit l’ouvrage « un des grands livres de sagesses de la littérature du monde entier »

L’auteur, Lao-Tseu, a vécu au 6e siècle avant Jésus-Christ, mais le personnage est nébuleux. Extraits de ce qui est un texte majeur du taoïsme.

Trente rayons convergent au moyeu mais c’est le vide médian, qui fait marcher le char.

On façonne l’argile pour en faire des vases, mais c’est du vide interne que dépend leur usage. Lire la suite

Poésie et calligraphie

Un jour, l’éditeur Albin Michel propose un projet à François Cheng, spécialiste de l’art et de la poésie de son pays d’origine, la Chine, et à madame Fabienne Verdier, diplômée de l’École des beaux-arts de Toulouse et de l’Institut des beaux-arts de Sichuan, le projet de marier leurs talents dans le cadre de la collection Les Carnets du calligraphe. Et ils acceptent.

Ils produiront un joli petit ouvrage illustré par madame Verdier, inspiré des textes chinois choisis par Cheng chez les poètes de la dynastie des Tang. Lire la suite

Des convives heureux

J’aime suivre la vie des Chinois qui sont venus au tournant du 20e siècle. Lire la suite

Des Chinois quittent la métropole et regagnent leur pays premier

manchette-depart-de-chinois

La colonie chinoise à Montréal est diminuée de 35 de ses membres. C’est le nombre des Célestes qui ont laissé la métropole pour retourner en Chine via Vancouver hier soir à 9 heures et 40 minutes. Lire la suite

Du poète chinois I Men (1907-1967)

plume-dans-la-neige-un-zen

François Cheng parle de son langage à la fois subtil et puissant, et d’une vision poétique très personnelle. Lire la suite

«Les dieux populaires de la Chine»

dieux-populaires-de-la-chine

Saint-on bien que les Chinois adorent aussi certains animaux ? Lire la suite