Skip to content

Articles de la catégorie ‘Théâtre, Cinéma’

Une des manières de fêter la Saint-Jean, celle de Montmagny

Durant le dernier tiers du 19e siècle, des communautés québécoises font vraiment preuve d’imagination pour célébrer la fête nationale. Montmagny, à quelques 70 kilomètres à l’est de Lévis sur la rive du Saint-Laurent, est du nombre. Lire la suite

Ce fut un fort bel après-midi

Pour moi, fort émouvant. D’abord, il n’y a pas place au sourire sur les images, le sujet même de la pièce de théâtre est triste. Lire la suite

Lecture publique de la pièce « Québec, Printemps 1918 »

Il y a cent ans ce printemps, survenaient les émeutes de Québec. Protestation de toute une population contre la conscription et la manière dont on s’y prenait pour l’appliquer.

Trois ouvriers, dont un enfant de 14 ans, et un étudiant seront tués par des soldats canadiens. Il s’ensuivit une enquête du coroner. Lire la suite

Lecture publique de « Québec, Printemps 1918 »

Mon amie Lorraine Côté, comédienne, enseignante en théâtre et metteure en scène, travaille depuis décembre dernier à préparer une lecture publique de la pièce de théâtre « Québec, Printemps 1918 ». Lire la suite

Parfois, voilà la surprise

Imaginez-vous au début de mai 1893. Lire la suite

Pourquoi pas une sortie au Bennett, à Montréal ?

Vous serez bien étonné. Et ça vous changera de vos vies habituelles. Lire la suite

Et voici Madame Juliette Béliveau

La photographie apparaît dans le quotidien montréalais La Patrie, édition du 8 janvier 1910. La légende de l’image dit qu’elle joue dans Le voyage de M. Perrichon, de la Compagnie d’art dramatique à Montréal, formée d’anciens élèves du Conservatoire Lasalle.

Madame Béliveau, actrice et chanteuse née à Nicolet le 28 octobre 1889, peut-être en partie de souche acadienne, a commencé à dix ans sa carrière de comédienne au Monument-National, à Montréal. Lire la suite

Vous souvenez-vous des lanternes magiques ?

Sans doute pas. Nous en étions au théâtre de rue. Le poète et romancier français Jean Richepin (1849-1926) le rappelle.

Dans une ville comme Paris, on trouvait à la fin du 19e siècle ce qu’on appelait des « montreurs de lanterne magique ». Ceux-ci avaient pour métier d’épater les citadins. Nous sommes dans un autre temps. Lire la suite

De jeunes cinéastes qu’il faut encourager !

Jean-Laurence et Jonathan Seaborn font du cinéma de combat. On ne fait plus de cinéma comme le leur. Ils me ramènent aux grands cinéastes documentaristes des années 1960, caméra à l’épaule. Lire la suite

Dans le quotidien Le Monde, édition du 4 octobre 2017

On apprend la diffusion à Lyon du chef-d’œuvre de Wong Kar-Wai, In the mood for love, en présence du réalisateur, dans le cadre du Festival Lumière 2017.

Étant à distance de Lyon, ce qui plaît dans la publicité, c’est de savoir que le film fut restauré.

Un très grand film.