Skip to content

Articles de la catégorie ‘Jeux, jouets et sports’

Napierville raffole du jeu de croquet

Même en décembre. Lire la suite

En janvier et février 1883, on s’en promet au pavillon des Patineurs à Québec

Les directeurs du pavillon des Patineurs ont l’intention d’organiser pour la saison une série de jeux athlétiques, de courses sur patins. Nos amateurs vont pouvoir s’en donner pedibus et jambis. Lire la suite

En 1880, le 18 novembre, c’est l’hiver

Décidément nous entrons dans l’hiver. Lire la suite

Début de la semaine des droits de l’enfant

Source : Gilbert Anscieau, Les Quatre Saisons, Paris, Presses de l’Île de France, 1953. Illustration d’Alain et Colette Barre.

Projet de casse-tête de mille morceaux pour mon ami Heinz ?

C’ est vrai qu’il y en a un qui l’attend déjà.

À Montréal, Henry Morgan et son magasin

En 1844, arrivait à Montréal M. Henry Morgan [1819-1893]. Il venait d’Écosse. Il avait quelque argent et un gros capital d’énergie. Tout de suite, il se lança dans les affaires. Lire la suite

Du correspondant de La Patrie à La Malbaie

Beaucoup de monde et beaucoup d’entrain cet été à La Malbaie.

 

La Patrie (Montréal), 23 juillet 1898.

En 1900, la région de Québec vit quelques drames, mais la vie est tout de même agréable

On dit que la chanson magnifique, Un Canadien errant, d’Antoine Gérin-Lajoie, chantée pour la première fois en 1842, est maintenant connue de tous. Lire la suite

Jouets et jeux des enfants de Chine durant les années 1930

Il y a de ces livres franchement étonnants, celui-ci en est un, L’enfant et sa mère à travers le monde. Un pavé, 765 pages. Mon bouquiniste Bernard Laforce est si heureux de savoir qu’enfin quelqu’un l’attrape.

Vous n’avez pas idée, me dit-il. Voilà des années que j’essaie de le vendre. J’ai tout tenté. Le changement de rayons, la mise en vitrine, les propositions à des clients. Finalement, je l’ai déposé sur le trottoir dans la boîte des livres à 2$ pour liquidation. Et c’est vous qui partez avec.
Lire la suite

Personne ne pourrait nous enlever les souvenirs de nos étés d’enfance

Et ils seraient souvent originaux, sans doute. Nous nous réunirions quelque part qu’il faudrait des heures pour permettre à chacune-chacun de nous confier ses étés. Imaginons une pareille rencontre.

L’écrivaine Michelle Le Normand, elle, s’est arrêtée aux siens à L’Assomption au début du 20e siècle. Elle raconte, par exemple, la joie qu’ils avaient, enfants, de faire courir leurs cerceaux dans ce village de Lanaudière. Extraits. Lire la suite