Skip to content

Tout est calme

Sans vent. La neige fond lentement. Pas encore de nouveaux oiseaux.  Des migrateurs, il, ne reste plus que le Bruant hudsonien. Bruants des neiges,  Chardonnerets jaunes et Juncos ardoisés sont maintenant partis. Quelques Dindons sauvages errent ça et là.

« Dans le hameau, tout est tranquille. Tout dort en pa dans le lointain. »

 

4 commentaires Publier un commentaire
  1. M. Provencher,

    Dans le jardin… rien n’est plus calme. Ils sont arrivés, une cinquantaine comme des feuilles aux arbres…. le Carouge! Accompagnés de plusieurs Étourneau sansonnet, ils sont très bruyants.

    Quelle joie de revoir cet ami ! Enfin… le printemps !

    Belle soirée à vous !

    1 mars 2018
  2. Jean Provencher #

    Coudon, chère Nicole, il faut vraiment que Vous fassiez une bien bonne vie pour un pareil arrivage d’oiseaux noirs si nombreux. Et chanceuse êtes-Vous que le grand concert soit commencé. Vous me faites espérer mon tour pour bientôt. Mais en ce moment, « tout dort en pa ».

    Belle soirée à Vous et à votre amoureux.

    1 mars 2018
  3. M. Provencher,

    Je vous souhaite une arrivée spectaculaire dans les prochains jours.

    Pourriez-vous me donner la signification de ‘tout dort en pa’.
    Je ne connais pas cette expression.

    Merci !

    1 mars 2018
  4. Jean Provencher #

    Merci, chère Nicole.

    Ces quelques mots me renvoient à l’âge de sept ans, une histoire qui m’a beaucoup marqué, et un disque 78 tours que nous avait apporté Télesphore Genest, un contemporain de ma mère.

    Voir ce billet : http://jeanprovencher.com/2012/09/22/le-vague-a-lame/

    Aujourd’hui, je chante encore cette chanson si triste dans le texte. Je l’interprèterais en plein conférence si l’occasion se présentait. Mais c’est très triste, et cependant fort beau.

    1 mars 2018

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS