Skip to content

Une échographie du cœur

Si quelqu’un, votre médecin, par exemple, vous propose un jour une échographie du cœur, acceptez.

Indolore, sans anesthésie, couché sur le côté gauche, vous vivrez un événement troublant. Les échographes d’aujourd’hui arrivent même à transmettre non seulement l’image, mais le son des quatre valves cardiaques, la mitrate, la tricuspide, l’aortique et la pulmonaire. Selon la disposition de la sonde que la dame a en main, le son diffère. Et chaque son est un chant propre à la valve. L’un caverneux, un autre plus clair. Vous n’oublierez jamais.

C’est un pur bonheur, sans blague, que d’entendre cette pompe tellement fidèle qui n’est pas nous, que nous avons à l’intérieur du corps, et qui travaille et travaille depuis des dizaines d’années. Sans même se soucier de qui nous sommes. Sans se soucier des angoisses que nous pouvons vivre, des joies, des peines, des peurs, et quoi encore. Tellement vaillante. Elle file son train. Héritage des personnes en amont, qui nous ont enfanté.

Semblables aux autres pompes incarnées qui se baladent par les rues de la ville.

Je vous souhaite vraiment de vivre cela au moins une fois dans votre vie. D’entendre la fidélité même.

Être capable, je fêterais ce cœur incroyable.

8 commentaires Publier un commentaire
  1. Melinda #

    Merveilleux témoignage, mon cher Jean!
    MERCI de tout !!!!

    Que votre coeur soit aussi fidèle à vous que vous l’êtes aux vôtres, à nous tous.
    Que cet Autre qui fait battre votre coeur Vous protège car j’ai bien envie de voir le monde avec les lunettes de vos yeux!
    Et l’entendre avec le battement de votre coeur.

    Je vous embrasse !
    Melinda

    14 septembre 2017
  2. Jean Provencher #

    Merci, Bonheur, merci beaucoup.

    14 septembre 2017
  3. Jean Provencher #

    Un ami ne comprend pas mon propos. Étrangement. Il m’écrit :

    Dans ton texte je pense qu’il y a une coquille:
     C’est un pur bonheur, sans blague, que d’entendre cette pompe tellement fidèle qui n’est pas nous, que nous avons à l’intérieur du corps, ….
    Je ne sais trop peut-être que je ne saisi pas ?

    Je lui ai répondu :

    Non vraiment, cher, tu prends conscience que la pompe dont tu disposes, ce n’est pas nous. Elle nous fut donnée, nous n’y sommes pour rien. C’est un cadeau.

    Ti-Jacques, mon ti-Jacques, ça va te prendre un dessin.

    * * *

    Et je ne parle pas du tout d’un être suprême. Je suis dans le monde de la Nature. Comme le coeur de l’oiseau, de l’insecte, et, qui sait, de la plante et du caillou. Nous allons tous notre chemin avec un coeur. La Nature a su développer des coeurs au cours de centaines de millions d’années, histoire bien sûr d’assurer une suite.

    14 septembre 2017
  4. Esther #

    Quel merveilleux témoignage d’un événement que nous n’aurons pas tous l’occasion de vivre ! La monde médical étant l’élément de contrôle pour déterminer qui y a « droit » ou pas… Tout de même, je retiens vos mots, avec un immense sourire, et si jamais on me désigne un jour pour cette expérience, j’ose espérer me retrouver dans la même disposition d’esprit…
    Bonne suite de route avec ce coeur fidèle !

    14 septembre 2017
  5. Claude Fortin #

    Merci pour les 2 beaux témoignages !
    Le tien Jean et celui de Melinda qui suit.

    De prendre conscience de l’organe du coeur et de tous ces autres organes qui nous maintiennent en vie jour après jour, c’est merveilleux et très inspirant. D’autant plus que nous ne sommes pas obligés d’en prendre conscience pour que ça fonctionne.

    Merci à la technologie médicale moderne qui permet cette prise de concience.

    Bonne journée

    14 septembre 2017
  6. Claude Fortin #

    J’ai oublié de mentionner que la photo en forme de coeur complète à merveille le témoignage.

    14 septembre 2017
  7. Hélène #

    Je trouve que vous êtes génial!
    Tout simplement génial!
    Vous lire est un remède bienfaisant
    dont je souhaite faire usage de plus en plus!
    Merci Jean Provencher!
    De tout Cœur Merci!

    17 septembre 2017
  8. Jean Provencher #

    Vous savez, Vous êtes en train de faire mon dimanche !

    17 septembre 2017

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS