Skip to content

En ces temps étranges, qu’il nous faut vivre échappés loin des bruits

Quelques mots du poète Michel Garneau.

je constate des violences

 

je proclame le droit de s’armer l’âme

contre tous les viciés de la solitude

je célèbre le saccage de nos retenues

et la mise à sac de nos réserves

 

l’indifférence tuée raide par la valeur de notre rencontre

j’ai goût de combat contre le flou fuyant au fond de nous

 

un matin fou nous aurons déchiffré

au plus noir de nos mémoires

tous nos mûrissements l’un vers l’autre

 

nous avons rendez-vous avec le même regard

 

Michel Garneau, La plus belle île, Montréal, Éditions Parti Pris, 1975.

No comments yet

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS