Skip to content

Qui donc connaît le peintre Philip Boileau (1864-1917) ?

Né à Québec d’un père français diplomate et d’une mère américaine. Il fut élevé en Angleterre et étudia les arts en Italie, puis gagna les États-Unis et épousa en secondes noces Émilie Gilbert, de Québec également. Il connut un succès fou à peindre des têtes de femmes.

Le quotidien montréalais La Patrie consacre un article à son mariage à New York à l’automne 1907 «avec une jeune fille dont il avait un jour peint les beaux traits», Émilie elle-même.

Boileau, comme peintre, a la spécialité de peindre des jeunes filles, et il n’est pas sans intérêt de connaître les goûts du cœur de l’artiste canadien. […]

Madame Boileau est plutôt de haute taille avec une figure très sympathique encadrée dans une belle chevelure.

Le mariage de M. et Mme Boileau est l’épilogue de tout un petit roman, dans lequel l’amour et l’art jouent un rôle important.

Mme Boileau portait le nom de fille d’Émilie Gilbert, de Quakertown, Pa.; elle étudiait l’art dramatique au Carnegie Hall quand l’artiste peintre la rencontra. Et ce fut pour les deux un amour à première vue, pourrions-nous dire.

 Un artiste qui ne peint que de jolis visages de jeunes filles ne pouvait manquer de peindre celui de celle qu’il aima et, dès ce moment, Boileau fit de nombreux pastels de Mlle Gilbert, et plus le peintre étudiait son modèle, plus l’amour devenait en lui plus intense et, l’amour l’inspirant, l’œuvre atteignit parfois la perfection.

Et maintenant quand on demande au poète quelle est selon lui la plus aimable jeune fille américaine, il répond invariablement : c’est ma femme. […]

Les têtes de femmes peintes par Boileau ont eu tant de succès, et elles portent tellement le cachet du génie de l’artiste, qu’on a inventé, pour les désigner le mot expressif de «Boileau Girl».

 

La Patrie (Montréal), 7 décembre 1907.

Imaginez-vous un jour une exposition d’œuvres de Philip Boileau au Musée national des beaux-arts du Québec, rue Grande-Allée, à Québec. Mais qui connaît Philip Boileau dans les parages ?

Les images proviennent de la page que le National Museum of American Illustration, de Newport, Rhode Island, consacre à Philip Boileau.

Voyez plusieurs des tableaux de Boileau sur Google Images.

2 commentaires Publier un commentaire
  1. Yves Hébert #

    Les oeuvres de Boileau ont fait l’objet de nombreuses cartes postales signées au début des années 1900. Ces cartes sont aujourd’hui très recherchées par les collectionneurs. Certaines valent une petite fortune.

    14 février 2017
  2. Jean Provencher #

    Je ne connaissais pas du tout, cher Yves, ce peintre.

    14 février 2017

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS