Skip to content

Le Passerin indigo

Voilà un oiseau qui trouve fort étrange l’espèce humaine. Peut-être vit-il en des lieux où la bête que nous sommes n’est pas présente. Aussi, lorsqu’il passe — et c’est très rare, une dizaine de fois chez moi depuis près de 40 ans — je ne bouge plus. Mais, même là, il ne demeure que quelques instants.

Rappelez-vous que, le 14 mai dernier, aux mangeoires de chardon, j’apercevais le Passerin indigo femelle. Hier, le mâle, cette fois-ci, spectaculaire, s’y présentait.

En règle générale, il demeure un oiseau malconnu, car moins fréquent que beaucoup d’autres. Et il ne nous donne guère le temps de nous livrer à de longues observations.

Dans Les Oiseaux du Canada (1883), Charles-Eusèbe Dionne l’appelle Pinson indigo, ses noms familiers étant l’Oiseau bleu et le Ministre. Il écrit : «Voilà encore un oiseau qui, par sa belle livrée et ses aimables notes, fait l’ornement de nos volières; mais il est regrettable que ses belles couleurs, après un séjour de captivité plus ou moins prolongé, deviennent moins brillantes et moins pures. L’Oiseau bleu est commun à Montréal où on l’expose en vente sur les marchés; il se montre très rarement à Québec et se tient dans les grands bois».

En 1906, dans Les Oiseaux de la province de Québec, le même Dionne y va de ce texte : «Il est assez rare aux environs de Québec; je ne me suis procuré jusqu’à présent que quelques spécimens à la Jeune-Lorette; j’en ai tué un à St-Joachim en août 1890 et un autre à St-Denis de Kamouraska quelques années avant, mais M. Wintle dit qu’il est commun en été à Montréal, qu’il niche dans le parc du Mont-Royal, et qu’il l’a vu depuis le 11 mai jusqu’au 13 août. Il niche sur des arbrisseaux et construit son nid avec des tiges d’herbes à l’extérieur et le tapisse d’herbes plus fines et de crin. […] Ce joli petit oiseau fréquente les buissons, la lisière des forêts, les jardins, les vergers, les petits bouquets de bois, les haies d’arbrisseaux. Il vit de graines de toutes sortes et d’insectes».

En 1920, P. A. Taverner (Les oiseaux de l’Est du Canada) lui donne comme nom vernaculaire La Passerine bleue. Mais on constate que l’auteur ne le connaît guère, étant peu bavard à son sujet. Il écrit : «Le pinson indigo fréquente habituellement des terrains de broussailles recouverts d’une végétation qu’on laisse perdre, ou que le feu a consumée, ou que des abatis ont réduits en clairières. Son chant est agréable. […] Cet oiseau a autant de droit que d’autres de son espèce à être protégé.»

Le naturaliste Claude Mélançon (Charmants voisins, 1940) n’en dit mot.

Dans Les oiseaux nicheurs du Québec, Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional (1994), sous la direction de Jean Gauthier et Yves Aubry, Serge Labonté et Line Dauphin sont les auteurs du texte sur le Passerin indigo (Passerina cyanea, Indigo Bunting).

Et ils l’ouvrent en échappant immédiatement : «Le mâle de cette espèce est certes l’un des joyaux de l’avifaune québécoise». Et on y apprend davantage que dans les sources précédentes.

«Nicheur migrateur dans le Québec méridional, le Passerin indigo hiverne principalement du Mexique à la Colombie, ainsi que dans les Grandes Antilles et les Bahamas. Durant la saison de nidification, le Passerin indigo préfère les habitats dotés d’une voûte forestière clairsemée et d’un sous-bois dense. […] Les pratiques agricoles qui entraînent l’élimination des buissons, les coupes répétitives de fourrage, l’étalement urbain, l’entretien des bords de routes et la transformation des friches en boisés sont autant de facteurs qui contribuent à restreindre l’habitat du Passerin indigo. D’autres pratiques sont toutefois bénéfiques pour l’espèce, telles que la création d’ouvertures dans les forêts pour l’implantation de lignes de transport d’énergie électrique et pour la création de pistes de ski alpin, l’abandon des terres agricoles ou la coupe forestière. Le Passerin indigo colonise en effet les parterres de coupe en régénération et s’y maintient jusqu’à ce que le couvert arborescent se referme. Les coupes sélectives qui clarifient beaucoup le couvert forestier favorisent également l’espèce.»

Vingt ans plus tard, qu’en est-il de l’oiseau au Québec ? Selon la carte du site ebird.org, on remarque bien quelques percées au Nord et à l’Est du Québec. Ainsi depuis le 16 mai dernier, on l’a observé à une vingtaine de reprises dans la Réserve nationale de faune du cap Tourmente, ce qui est nouveau. Mais il n’empêche que le Passerin indigo demeure vraiment un oiseau du Sud-Ouest du Québec.

* * *

Voici les quelques passages de ce magnifique oiseau dans mon lieu de vie

1988 : les 22 et 23 mai
1996 : 23 mai
2002 : 1er juin
2003 : 7 juin
2007 : 27 mai
2009 : les 24 et 25 mai, le 3 juin
2014 : les 14 et 28 mai, les 1er et 4 juin

2015: 7 juin

46 commentaires Publier un commentaire
  1. Esther #

    Quelle chance vous avez ! Jamais je n’ai vu cet oiseau dans ma contrée lévisienne… Il est magnifique !

    29 mai 2014
  2. Jean Provencher #

    Et il est bien rare. Sur la carte du site ebird, il me semble qu’il a été vu une seule fois depuis 1995 dans la région des Bois-Francs.

    29 mai 2014
  3. MC Lapierre #

    Décidément, vous êtes béni des dieux ! Quelle espèce magnifique!
    J’en suis toute remuée !

    29 mai 2014
  4. Jean Provencher #

    Merci beaucoup. C’est vraiment un bien bel oiseau, absolument impressionnant lorsqu’il apparaît.

    29 mai 2014
  5. Nicole Richer #

    Quelle chance d’avoir le bonheur de photographier cet oiseau rare.

    Je ne sais pas si vous êtes comme moi, lorsqu’une telle chance ce présente, mes battements s’accélèrent, la joie est telle que j’oublie de respirer.

    Félicitations pour les photos !

    30 mai 2014
  6. Jean Provencher #

    Merci beaucoup. Vous avez tout à fait raison, c’est vraiment ce qui se produit dans ces moments extraordinaires, on n’ose même pas respirer, on l’oublie, comblé.

    30 mai 2014
  7. Ode #

    Tu as de la chance ! Ce bleu magnifique !
    Moi, depuis dimanche, je dirais que  » mon merle n’a pas perdu son bec ». Il chante, mais il chante ! Fidèle au poste à partir du 4 h du matin, non stop, toute la journée!
    Il peut faire une pause dans le bain d’oiseaux peu de temps, sinon, il est haut perché dans l’un ou l’autre des érables et chante !!! Qu’est-ce qu’il espère ?

    30 mai 2014
  8. Jean Provencher #

    J’ai bien l’impression qu’il est fort heureux. Cet oiseau peut même chanter la nuit. Il m’arrive de l’entendre en pleine nuit, comme le pluvier kildir. Chose certaine, c’est, semble-t-il, l’oiseau qui chante le plus fort à l’aube. Au fil du temps, beaucoup de Nord-Américains l’ont dénoncé parce qu’il les réveillait très tôt le matin, le soleil n’étant pas encore levé. Il aime la vie, il aime l’été. Et se plaît manifestement à faire ses vocalises. Qu’il reprend et reprend sans jamais se lasser. Pour moi, l’entendant alors, il est synonyme de grand calme avant que tout ce qu’il y a d’êtres vivants commencent à s’activer. Sauf, en août, où là les grillons n’ont surtout pas de cesse la nuit.

    30 mai 2014
  9. Peut-être qu’il chante pour sa belle en train de couver au nid. Il chantera jusqu’à l’éclosion des oeufs (fin juin). Ensuite, il cessera et on le regrettera. Célèbre-t-il la reproduction?

    Le jour, le bruant chanteur est difficile à battre. Dans mon jardin, il ne cesse pas, son chant est merveilleux également.

    Les oiseaux sont la lumière de toutes les saisons. Merci de partager cette lumière au quotidien.

    Christiane

    1 juin 2014
  10. Jean Provencher #

    Merci beaucoup, chère Christiane.

    1 juin 2014
  11. Gabriel Dupuis #

    Nous avions un chalet à St-Barthélémy dans Lanaudière: et ce magnifique oiseau était toujours dans les mangeoires durant notre séjour, il se cachait dans lé érable et mangeait les insectes dans le petit jardin….. Magnifique oiseau d`un bleu rare…. mais nous ne l`avons jamais photographier hélas. Mais notre belle-fille vient de l`apercevoir dans ses
    mangeoires de chardon… à St_Gabriel dans Lanaudière idem…. Ils possèdent des arbres
    matures et beaucoup de cèdres….. Ils rêvent de les garder tout l`été…. Nous appelions le nôtre: un bruand indigo…..Ce n`était sans doute pas le nom exact….. Mais il nous a apporté beaucoup de joie….. car il a une voix magique….. Merci pour ces renseignements précieux…..Nous apprécions.

    10 mai 2015
  12. Jean Provencher #

    Je trouve qu’on s’incline devant un pareil oiseau.

    10 mai 2015
  13. Gabriel Dupuis #

    Merci de m`avoir permis de contribuer à cet enseignement sur les oiseaux…. Nous avons des cardinals et plusieurs sortes moins rares…. mais on les adore quand même et les soignons beaucoup…. et plein de bons petits bains pour se rafraichir…. Merci….

    10 mai 2015
  14. Jean Provencher #

    Vous avez pleinement raison. Personnellement, je me demande si j’ai des favoris parmi les oiseaux. Dans une saison donnée, je suis toujours heureux de la venue soudaine d’un nouvel arrivant, même si je le connais bien, qu’il m’est familier.

    10 mai 2015
  15. Normand Roy #

    Je suis à Rimouski. Ce 19 mai 2015. Il était chez moi. Très joli oiseau.

    19 mai 2015
  16. Jean Provencher #

    Profitez-en bien, il est rare.

    19 mai 2015
  17. Carole #

    Je suis a Lavaltrie et j’ai eu la chance de l’avoir chez moi le 27 mai…..et le 30!!! Quel oiseau magnifique!!

    1 juin 2015
  18. Jean Provencher #

    Fort chanceuse êtes-Vous, chère Carole ! Bravo !

    1 juin 2015
  19. Guy Boutin #

    Je l’ai aperçut derrière chez-moi une fois en Juillet 2014 et 2 fois en Août 2015, à Ripon dans la Petite-Nation, sur les bords de la rivière Petite-Nation en Outaouais.

    10 septembre 2015
  20. Jean Provencher #

    Il est tellement impressionnant et rare, monsieur Boutin, vous le savez, qu’il faut en profiter pleinement lorsqu’il est de passage !

    10 septembre 2015
  21. Lucie Chenevert #

    Ma soeur a chez elle aujourd hui dans ses mangeoires des passerins indigo, d un bleu magnifique.Premiere fois qu on voit ces oiseaux.Elle demeure a St-Francois du lac .Elle etait toute enervee et elle a prise plein de photos.

    16 mai 2016
  22. Jean Provencher #

    Je la comprends tellement, c’est une véritable soudaine apparition, parmi les autres oiseaux ! Bien chanceuse est-elle. Moi, je suis aux aguets, ce sera très bientôt s’il se manifeste. On le souhaiterait tellement plus souvent.

    Merci beaucoup de ce pont avec votre sœur !

    16 mai 2016
  23. Johanne Champagne #

    Nous avons vu ce magnifique oiseau pour la première fois vendredi le 13 mai 2016.

    Je croyais ne pas bien voir et j’étais toute excitée. J’ai pu prendre une photo. J’ai parlé

    de cet oiseau toute la fin de semaine à mes amies et à ma famille. Je me considère

    tellement chanceuse et privilégiée.

    Toute la fin de semaine mes yeux étaient fixés sur nos mangeoires, j’espérait

    le revoir, mais hélas aucun signe.

    Nous étions à notre maison de campagne à Montpellier, Québec.

    Je suis vraiment contente de pouvoir partager ce précieux moment avec vous.

    Oh que la vie est belle !

    Johanne Champagne
    Ottawa, Ontario

    17 mai 2016
  24. Jean Provencher #

    Votre joie était tellement de mise, chère Vous ! Chez moi, encore aujourd’hui, j’ai bien surveillé pour voir si je n’arriverais pas à l’apercevoir, car il est discret. Sa couleur n’est vraiment pas banale et il sait que ça peut lui coûter cher, qu’il y a danger qu’un prédateur apparaisse. S’il était vert tendre, aux sortes de vert qui se manifestent en ce moment, il se confondrait avec le décor. Mais bleu indigo…

    Merci de nous faire partager ce précieux moment, chère Vous. Oui, la vie est très belle !

    Belle soirée.

    17 mai 2016
  25. Chantal #

    En lisant votre article…je me suis reconnue…lorsque le passerin indigo passe au mangeoire…en effet, je ne bouge plus et ne respire pas, même si ce dernier vient à tous les jours depuis deux semaines. Suite à votre publication, je constate que je suis vraiment chanceuse car avant ça, je n’avais jamais vu cet oiseau.

    26 juillet 2016
  26. Jean Provencher #

    Bien chanceuse êtes-Vous, chère Chantal ! Il est bien rare. Cette année, je ne l’ai pas encore aperçu.

    26 juillet 2016
  27. Karin #

    Je viens tout juste d’en apercevoir un dans mes mangeoires St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada!!! QUELLE BEAUTÉ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 12 Mai 2017

    12 mai 2017
  28. Jean Provencher #

    Vous avez tellement raison ! C’est une manifestation soudaine qui comble ! Profitez-en bien, parfois il ne reste pas longtemps !

    12 mai 2017
  29. Suzanne #

    Bonjour j’habite la Petite Nation en Outaouais et depuis 2 jour j’ai 2 oiseaux, quel. Bel oiseau.

    20 mai 2017
  30. Jean Provencher #

    Ah, je connais votre joie, chère Suzanne. Ça tient de l’apparition. De plus, deux de ce si bel oiseau, fort chanceuse êtes vous ! Chez moi, je ne l’ai vu que 13 fois en 41 ans, et 8 de ces fois furent en mai, il est donc rare.

    Aujourd’hui, j’ai encore surveillé tout le jour, mais aucune visite de sa part. Profitez-en bien.

    20 mai 2017
  31. Brigitte Tremblay #

    Moi j ai eux la chance d avoir eux dans ma court trois belle journée le voir un bon matin WoW et re WoW le mercredi jeudi et vendredi matin et samedi et ce matin pas revu trtres magnifique oiseau 🐦 bleu j ai eu la chance de le poser et filmé 🎥 un bout

    21 mai 2017
  32. Jean Provencher #

    Je vois que les mots Vous manquent, chère Brigitte ! Bravo ! Je Vous comprends tout à fait.

    21 mai 2017
  33. Jean-François Petit #

    Ici à Frelighsburg en juillet 2016, j’ai observé un couple de passerins indigo en comportement de nidification. Du moins, c’est ce que j’ai déduit du fait que la femelle transportait des brindilles et de la mousse dans son bec et que le mâle semblait l’accompagner dans sa tâche. Je les ai accompagnés durant une bonne heure, les regardant voler d’arbre en arbre sur mon terrain. Je ne les ai plus revus ensuite. Ils sont très discrets. J’ai le souvenir d’en avoir vu un seul aux mangeoires en une quinzaine d’années.

    21 mai 2017
  34. Jean Provencher #

    Bravo ! Bien chanceux êtes-vous !

    22 mai 2017
  35. Jean-François Petit #

    Je viens de lire ceci, qui vient corroborer mes observations:

    « Les nids sont construits entièrement par la femelle. Elle en choisit l’emplacement mais elle tolère volontiers que son compagnon participe à son élaboration, en apportant des feuilles douces, des morceaux de lanières, des herbes sèches des toiles d’araignée. »

    http://www.oiseaux.net/oiseaux/passerin.indigo.html

    22 mai 2017
  36. Jean Provencher #

    Formidable !

    22 mai 2017
  37. Richard Morin #

    Tout un cadeau ce matin. En effet nous avons eu la visite de 2 bruants indigo dans notre mangeoire pour chardonneret. Magnifique oiseaux. Nous habitons sur le bord du lac St-Joseph près de Duchesnay. Espérons les revoir.

    1 juin 2017
  38. Jean Provencher #

    Merci infiniment de cette mention, cher monsieur Morin. Vous avez bien raison, c’est un véritable cadeau. On dirait que cet oiseau est vraiment visible surtout en mai et en juin finalement.

    1 juin 2017
  39. Yvonne Dolbec #

    Je viens d’enterrer un passerin indigo mâle. Probablement s’était-il assommé dans la vitre de la porte-patio. Je n’en avais jamais vu, juste entendu, je pense. Je vis en banlieue, à Repentigny.

    28 juin 2017
  40. Jean Provencher #

    Que c’est triste. Il s’est tué sans doute à cause de l’effet miroir. Vous savez qu’il se vend, peu cher, à la boutique Le Naturaliste, des appliques de petits ou moyens formats, ayant la forme de rapace, qui fait comprendre à l’oiseau « Danger ! » et lui évite de s’engager de ce côté-là. Téléphonez avant de Vous y rendre. Et ça fonctionne. J’ai vécu le même événement chez moi, mais pour un autre oiseau tombé au pied d’une de mes fenêtres (je l’observais heureux depuis une semaine, quand le choc, que j’ai entendu, s’est produit). Et mes deux appliques depuis ce temps exercent bien leur fonction.

    28 juin 2017
  41. alfred leblanc #

    Quelle belle surprise d’admirer ce bel oiseau pendant une heure et demi dans mon jardin! c’était la première fois en 25 ans que j’ai eu le privilège de le contempler. La nature nous réserve de belles surprises: c’est à nous de les apprécier et de partager ces beaux moments.
    Saint-Bruno-de-Montarville, le 11 mai 2018.

    11 mai 2018
  42. Jean Provencher #

    Vous avez tellement raison, cher Monsieur Leblanc. Et profitez-en bien, car ce craintif (car trop visible pour les prédateurs) n’est pas fréquent et notre temps pour l’observer n’est jamais bien long. Bravo à vous d’avoir cette si belle visite !

    11 mai 2018
  43. Louise Blanchard #

    Le passerin Indigo 2 mâles et femelles plus difficiles à identifier séjournent dans notre cour depuis plus d une semaine.
    Nous sommes tres choyés de pouvoir les observer quotidiennement
    Ils S alimentent au sol sous une grande épinette bleue où l on éparpille des graines mélangées régulièrement

    18 mai 2018
    L Ange Gardien
    Pres de Gatineau
    Quebec

    18 mai 2018
  44. Jean Provencher #

    Que vous êtes chanceux ! Ne cessez d’en profiter le temps qu’ils sont là !

    18 mai 2018

Trackbacks & Pingbacks

  1. Le Passerin indigo est toujours avec nous | Les Quatre Saisons
  2. Quatorzième observation du Passerin indigo depuis 39 ans | Les Quatre Saisons

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Vous pouvez utiliser des balises HTML de base dans votre commentaire.

S'abonner aux commentaires via RSS